Asmara

Juillet 2008, Asmara a trois mois. Chaton probablement tombé d’un balcon ou d’une fenêtre, Asmara est recueillie par le Chat libre de Toulouse. Non identifiée, elle ne peut être rendu à sa famille. Elle développe le typhus et est sauvée de justesse par la ténacité et le dévouement de sa famille d’accueil. Elle reste lourdement handicapée. Du fait de sa différence, elle est rejetée et maltraitée par les autres chats de la personne qui la soigne. Asmara arrive donc à six mois au chat forgeron pour intégrer le groupe de Mala, plus accueillant. Elle marche difficilement et manque d’équilibre. Son train arrière est faible et elle chute souvent. Mais elle compense courageusement et grimpe à la force des pattes antérieures. Ces dernières se sont développées et les autres chats les évitent avec soin. Elle joue malgré des roulés boulés impressionnants. Elle mord très fort en cas d’énervement car elle ne maitrise pas ses mouvements, mais reste un chat domestique très affectueux. La chatterie a du être adaptée. Le lit est très bas (30 cm) par contre la dernière marche de «l’escalier» donnant accès aux étagères a été supprimée pour éviter une chute grave. Nous sommes en 2012, Asmara a quatre ans et mène une vie normale. Elle fait de son mieux pour utiliser le bac litière. En effet, elle a compris qu’elle tombait dès qu’elle était immobile, elle reste donc en mouvement dans la maison de toilette pour ne pas chuter et se salir quand elle l’utilise. Peu confortable ! Asmara a été sauvée de justesse, frappée par une maladie qui tue la majorité des chatons contaminés. Le vaccin contre le typhus est parfaitement efficace. Isolez vos chatons tant qu’ils ne sont pas vaccinés, patientez quelques jours après le vaccin et n’oubliez pas la deuxième injection un mois après. En effet, les anticorps de la mère encore présent dans le chaton, à deux mois, empêche parfois le vaccin d'agir convenablement. D’où la nécessité d’une deuxième injection rapprochée. Contrairement à la puce électronique, le vaccin n’est pas obligatoire, mais il est indispensable.