Mala

Février 2006, le chat forgeron accueille une minette adulte et parfaitement sauvageonne, pour trois jours, en attendant la désinfection du refuge qui l’a recueilli. Elle doit être stérilisée, puis relâchée sur son lieu de vie, pour être nourrie sur place. Mais elle refuse de manger. Elle est en cage car son séjour doit être court. Devant son manque d’appétit, nous consultons rapidement le vétérinaire qui constate une gingivite aigue et doit extraire les dents. Deux interventions seront nécessaires espacées de quelques semaines pour l‘ablation de toutes les dents. Les gencives de Mala ont guéries et elle est restée au chat forgeron. Au début, elle mangeait de la nourriture humide : pâtée en morceaux ou petits bouts de viande car ses gencives étaient douloureuses. Désormais, nous lui proposons des croquettes de petites tailles ainsi elle les avale facilement.

Le comportement du groupe : Mala est née dans la nature et a eu de nombreuses portées. Elle est très maternelle. Il n'est pas rare de la voir avec un autre minet blotti contre elle. Par contre, sa méfiance envers les humains n’a jamais faiblie même si elle accepte parfois un contact fugace. Elle a pris la tête du groupe de chats et gère les plus jeunes comme une portée de chatons. Elle les surveille, les prévient d’un danger et elle intervient en cas de conflit. Les deux autres chattes qui, comme elle, ont passé la barre des dix ans sont respectées à titre d'égales. Elles se tolèrent parfaitement. Naï Naï intervient parfois si c’est sa fille Miranda qui est incluse dans la «dispute» entre jeunes mais en principe c'est Mala qui accourt. Les chats savent parfaitement reconnaître leur progéniture ou leur fratrie dans le groupe, mais cela n’entraîne pas forcément des rapports privilégiés. Des liens plus amicaux peuvent se nouer avec d’autres compagnons de vie. La vie du chat n’est pas géré par la dominance. Le groupe de Mala est constitué de plusieurs petits groupes qui vont de un à trois ou quatre individus. Le chat qui ne souhaite pas de contact se contente de les éviter. Le marquage précis apposé partout dans le lieu de vie, griffures et phéromones, le guide dans ses déplacements. Le chat qui apprécie plus de contacts sociaux (jouer ou dormir ensemble) fait partie d’un groupe de deux, trois ou quatre chats. Bien sûr son passé et son âge sont des données importantes dans son choix de vie. Mais avec le temps, le solitaire peut devenir sociable.