Mille astuces pour une vie de chat

 

Astuces en V: Vaccin, Vermifuge, Vieillesse, Virus FIV, Vol de chat, Vol de nourriture


Vaccin :

Le chaton doit être vacciné vers deux mois dès qu’il atteint un poids suffisant (environ 1 kilo). Il doit être protégé contre le typhus et le coryza, deux maladies graves. Le chaton est très vulnérable au typhus et survit rarement à cette maladie. Si c’est le cas, il garde alors des séquelles. Le coryza n’a rien d’un banal rhume et doit être pris très au sérieux dès les premiers éternuements. En cas de symptômes, consulter un vétérinaire est nécessaire. Le vaccin évite ces risques.

La première année la vaccination consiste en deux injections à un mois d’intervalle, puis un rappel est à renouveler une fois par an.

Dans le cas de sorties à l’extérieur, le chat doit être vacciné contre la leucose féline qu’il peut contracter au contact de chats étrangers. Il n’existe pas de vaccin contre le FIV (sida du chat), mais la stérilisation réduit les risques en évitant les contacts (saillies ou combats). D’autres vaccins sont disponibles pour d’autres maladies moins courantes (Chlamydiose).

Il faut noter simplement qu’à l’issue d’un vaccin, vous devez garder Minet au chaud un jour ou deux en cas de légère réaction (fièvre, écoulement oculaire...). Donner deux granules homéopatiques d'arnica après l'injection permet d'atténuer douleur et fièvre. Enfin, le vaccin n'est pas obligatoire (loi) ! Mais il parait indispensable, même en appartement, car nous pouvons amener de l'extérieur un virus sous nos chaussures par exemple et infecter notre chat.

 

Article du docteur Durdyn Armelle, clinique vétérinaire de l'arc en ciel à Villeneuve Tolosane (31)

La vaccination des chats : c'est la meilleure protection contre les maladies infectieuses. Par la stimulation des défenses immunitaires de l'organisme, elle permet de résister à des virus et des bactéries. Beaucoup de chats ayant accès à un jardin et entrant en contact avec des chats environnants, leur vaccination est ESSENTIELLE !

 

C'est un acte médical vétérinaire avec un carnet de santé à la clef. le protocole vaccinal, démarrant dès 8 semaines, s'établit en 2 injections à 1 mois d'intervalle la première année puis 1 simple rappel annuel

- sauf pour la rage  : une seule injection nécessaire dès l'âge de 3 mois sur un chat identifié avec un passeport européen délivré par votre vétérinaire -.


Idéalement, l'animal doit avoir été VERMIFUGE 8 jours avant - prenez le vermifuge chez un vétérinaire - la date du vaccin !

Les principales maladies contre lesquelles les vaccins peuvent protéger votre chat : calicivirose C (fait partie du syndrome coryza, entraîne rhinites et atteintes de la bouche) et rhinotracheïte R (herpès virose, du syndrome coryza également, avec rhinites et atteinte des yeux) , la panleucopénie P (typhus, entraînant une gastro-entérite hémorragique très contagieuse et souvent mortelle) et la leucose (FeLv - rétrovirus différent du FIV ce dernier étant appelé communément sida du chat - dont la contamination se fait par léchage, morsure, partage de gamelle ou de litière, et les symptômes par immunodépression, donc infections à répétitions, anémie, lymphome possibles

Pour les chats uniquement d'intérieur, la vaccination CRP suffit mais lorsque le chat accède à l'extérieur, même pour de courtes périodes de vacances par exemple, CRP + FeLV sont vivement conseillé.

 

 

Vermifuge :

Il est nécessaire de vermifuger votre chat. Un chaton doit être vermifugé tous les mois jusqu’à 6 mois. Il est à noter que le vétérinaire préconise 3 prises par an pour un chat adulte. Le printemps et l’automne sont des saisons repères pour la prise du vermifuge, donc au moins deux fois par an. D’ailleurs, on peut noter à l’automne une petite baisse de forme suite à la préparation de l’hiver et au changement de poils ou quelquefois à quelques parasites intestinaux après un été de chasse aux lézards et autres proies.

Si la prise du comprimé se révèle impossible à la maison, profitez du passage annuel chez votre vétérinaire pour qu'il le lui administre lors du vaccin. Il existe maintenant pour les minets récalcitrants aux comprimés, des pipettes semblables aux pipettes anti-puces. Pour un maximum d’efficacité, n’hésitez pas à vider la pipette dans un verre puis à l’aspirer avec une seringue sans aiguille. Enfoncez la seringue dans les poils à la base du cou et appliquez le produit contre la peau en deux ou trois endroits. La seringue envoie le liquide au fond des poils et permet une application plus rapide et plus efficace que la pipette.

Il est à noter que les comprimés de vermifuge vendus chez le vétérinaire sont appétents, plus petits et surtout plus complets que ceux vendus en pharmacie.

 

 

Vieillesse :

Minet a 15 ans, mais il est beau et vous ne le considérez pas comme âgé. Pourtant à partir de 12 ans, nous avons devant nous un vieux chat qui mérite quelques égards. Ses sens s’affaiblissent. La surdité peut l’empêcher d’entendre les voitures arriver, ou démarrer, s’il est caché dessous. Il voit moins bien. Son odorat diminue. Ce dernier point est le plus handicapant car il est désorienté de ne plus sentir ses repères. Son appétit disparait car la nourriture sent moins bon. En cas de maladie ou d’infection, son manque de résistance doit maintenant vous amener rapidement chez le vétérinaire. Son poil terne et sa maigreur ou sa malpropreté ne sont pas forcément le signe de l’âge, mais d’une maladie qui peut être soignée. Vous avez toujours respecté une alimentation équilibrée en croquettes, il est temps d’assouplir son régime. Proposez lui ce qu’il aime : de la pâtée ou des croquettes seniors (plus petites). Proposez lui un choix de plats. Et surtout donnez des câlins ! L’affection et les caresses donnent de l’appétit aux minets. Ne laissez plus ce petit félin dehors la nuit, non seulement il craint le froid, mais il ne peut se défendre contre les agressions des chats voisins. Pendant les vacances, il faut trouver une solution de garde car plus question pour lui de rester isolé. Bref nous avons un vieillard qui ne présente pas de ride mais qui nécessite accompagnement et patience.

 

 

Virus FIV :

Le FIV (Feline Immunodeficiency Virus) est responsable d'une immunodéficience qui rend le chat vulnérable aux infections. Ce virus n'atteint que les chats : il n'y a aucun risque de transmission du chat à l'homme ni aux autres espèces animales.

Le principal moyen de transmission du virus est la morsure profonde lors de bagarres entre chats (contact de salive à sang/plaie ou de sang à sang/plaie à plaie). La transmission est donc plus fréquente chez les errants, et chez les mâles entiers et donc bagarreurs; il peut aussi se transmettre par voie sexuelle et lors de la gestation : la stérilisation a donc bien des avantages pour protéger les chats !

Une fois atteint, la maladie présente deux phases. Pendant une durée variable (5 à 10 ans) le virus "sommeille" et le chat ne présente aucun symptôme (il reste cependant contagieux pour les autres chats). A la fin de la vie du chat, le virus se "réveille" et il y a alors une diminution des défenses immunitaires ce qui rend Minet très sensible aux microbes. Pour savoir si votre chat est porteur de ce virus (ou du FelV), vous pouvez faire réaliser un test sanguin, simple et rapide, chez votre vétérinaire. Malheureusement, il n'existe aucun vaccin contre le FIV, contrairement au FeLV.

La seule prévention possible est d'éviter tout contact entre chats sains et malades. Il n'y a actuellement aucun traitement pour détruire le virus FIV. La seule possibilité pour améliorer la vie du chat, une fois que le virus est "réveillé", est de traiter les maladies au fur et à mesure.

Toutefois, avant cette dernière phase, le chat a devant lui de belles années et il ne faut pas hésiter à l’adopter en particulier en appartement. On peut toutefois regretter que le nom de ce virus, associé à une grave maladie humaine (SIDA), fasse hésiter d’excellentes familles à adopter un chat adorable qui les comblerait tout autant qu’un autre.

En savoir plus sur le FIV et le Felv : visitez le site Positifélins !

 

 

Vol de chat :

En cas de vol d'un animal, notez tous les éléments qui vous paraissent importants : heure de la disparition, visite de démarcheurs les jours précédents, vos suspicions etc.

Prenez les documents nécessaires (passeport de l'animal, certificat de vente, photo...) et rendez vous dans la brigade de gendarmerie ou le commissariat le plus proche de chez vous pour déposer plainte.

RAPPEL : Les policiers et gendarmes sont tenus de prendre votre plainte. Le Procureur de la République est le seul à pouvoir juger de la recevabilité de celle-ci. La main courante en Police n'est pas efficace et elle n'est pas légale en Gendarmerie.

 

Prévenez la Société Centrale Canine (01 49 37 54 54 ) ou le Fichier National Félin (01 55 01 08 08) pour que de la disparition de votre animal soit prise en compte et également pour vérifier si vos coordonnées sont à jour.

Mais aussi, n'hésitez pas à poser des affiches dans le quartier pour rechercher votre animal et faire un appel à témoin.

Contactez fourrières et spa de votre agglomération ainsi que les vétérinaires. Dites haut et fort dans votre rue que vous avez porté plainte, les gens malveillants sont parfois des voisins, le mot "plainte" les dissuade bien souvent de recommencer leurs méfaits.

 

 

Vol de nourriture :

Encore une idée reçue, le chat est voleur.

Le chat nest pas «voleur», la propriété na pas de sens pour lui. Sa nourriture ne doit pas être rationnée. Sa journée est faite de nombreux petits repas, comme s’il chassait des proies minuscules pour assouvir son appétit. C’est important de respecter sa nature et laisser des croquettes à sa disposition en permanence. Cette organisation lui permet de digérer plus facilement et d’éviter le stress. En effet, le chat a besoin de savoir où et quand manger. C’est un facteur d’apaisement. Même s’il faut proposer une gamme à teneur calorique réduite en cas d‘obésité. De plus, la faim encourage le chat à se servir. Son instinct de chasseur le pousse à attraper les tranches de saucisson. Rien à faire, cest instinctif, ne le tentez pas, rangez ces «proies potentielles». Mais ne le rationnez pas. De plus des repas trop rares et énergétiques favorisent l’agressivité.

 

 

 

< Précédent <                                                                    > Suivant >